ACTION SOCIALE Compte rendu du CNAS du 5 octobre 2020

ACTION SOCIALE

Ce CNAS s’est déroulé sous l’égide de la secrétaire générale suite à une re-convocation.

Présentation des orientations retenues pour la réforme de l’action sociale

GOUVERNANCE DES OPERATEURS

L’idée de l’administration serait de mettre en place une structure faîtière, sorte de fédération des sept opérateurs de l’Action sociale aux MEFs. L’idée est de gagner en visibilité, en lisibilité, en attractivité et en accessibilité. L’objectif est de pouvoir mutualiser les bonnes pratiques et certaines fonctions (finances, RH, communication et comptabilité…)

Sur ce sujet, les fédérations UNSA et CGC sont très sceptiques : en quoi une structure faîtière va améliorer l’action sociale. Dans le fond, cette proposition nous pose beaucoup de questions : que deviendront les conseils de surveillance et assemblées générales de chaque association ? Quelle sera la place des fédérations dans la nouvelle structure sur laquelle nous n’avons pas d’informations ? Quid des personnels des associations ? Nous avons relevé le mot « mutualiser » qui dans nos ministères a souvent été synonyme de perte d’emplois et malheureusement de compétences. Les fédérations UNSA et CFE-CGC ont demandé un calendrier de GT sur ce seul sujet et du temps afin que la visibilité, de la lisibilité, de l’accessibilité et de l’attractivité soient réellement possible.

PRESTATIONS

L’administration veut notamment faire la promotion sur des prestations mieux adaptées aux agents. Le point sur les prestations a surtout été une discussion autour de trois thèmes : la restauration, l’aide à la parentalité et le logement.

Les fédérations UNSA et CFE-CGC sont intervenus sur les trois thèmes.

  • Sur la restauration : nos fédérations ont rappelé l’importance que chaque agent du ministère puisse avoir accès à une restauration collective de qualité, peu onéreuse et tenant compte notamment des circuits courts d’approvisionnement et de la possibilité d’avoir plus de « bio » disponible. Nous avons redit avec force notre opposition à la tarification au plat. Nous avons également proposé que l’AGRAF fasse profiter les petites associations de son expertise. Enfin, nous avons revendiqué l’augmentation du titre restaurant de 6 à 8 euros.
  • Sur le logement : nous avons redit notre inquiétude de voir la spécificité « Bercy » disparaître dans une interministérialité où nous ne maîtriserons plus rien.
  • Sur l’aide à la parentalité : Les fédérations UNSA et CFE-CGC ont souligné avec satisfaction l’augmentation du nombre de berceaux. Nous sommes favorables à une diversification des canaux pour aider les nouveaux parents (crèches, aide maternelle, autres structures…). Pour nous, l’administration doit faire plus de publicité pour le CESU car il est mal connu.

EPAF

Un GT sera dédié à l’EPAF et à son parc. Nos fédérations seront présentes pour ce GT car nous pensons aux vacances familiales des agents et aux personnels de l’EPAF.

REFORME DU RESEAU DE L’ACTION SOCIALE

L’administration souhaite réformer le réseau de l’action sociale qui repose principalement sur les délégués départementaux. Elle souhaiterait un nouveau réseau géographique pour l’action sociale.

Les fédérations UNSA et CFE-CGC sont intervenus pour dire leur opposition à la régionalisation de l’Action sociale. Si, comme le souhaite l’administration, nous voulons plus de visibilité, de lisibilité, d’accessibilité et d’attractivité, ce ne sera pas possible en éloignant l’action sociale des agents. L’échelon départemental est le plus pertinent. Nous sommes prêts à discuter du positionnement, des carrières et des formations des délégués départementaux afin de renforcer leur rôle. Mais la régionalisation est une mauvaise idée.